Think Think Eggal Damen Halbschuhe schwarz 38378409, Lowtop femme Noir Noir

B00OK42UVE

Think! Think Eggal - Damen Halbschuhe - schwarz - 3-83784-09, Low-top femme Noir - Noir

Think!  Think Eggal - Damen Halbschuhe - schwarz - 3-83784-09, Low-top femme Noir - Noir
  • Dessus: cuir
Think!  Think Eggal - Damen Halbschuhe - schwarz - 3-83784-09, Low-top femme Noir - Noir Think!  Think Eggal - Damen Halbschuhe - schwarz - 3-83784-09, Low-top femme Noir - Noir Think!  Think Eggal - Damen Halbschuhe - schwarz - 3-83784-09, Low-top femme Noir - Noir Think!  Think Eggal - Damen Halbschuhe - schwarz - 3-83784-09, Low-top femme Noir - Noir Think!  Think Eggal - Damen Halbschuhe - schwarz - 3-83784-09, Low-top femme Noir - Noir
Marc OPolo 70113853401200 Lace Up, Brogues Femme Beige
>
Nike Flex 2015 Rn Gs, Baskets Basses Mixte Enfant Black
>
Hispanitas Holanda, Bottines non doublées femme Gris Grau SohoI6 Grafito TaipeiI6 Grafito
>
LA recette d'un pique-nique réussi

Des examens complémentaires pour les personnes à risque

Afin d’affiner le diagnostic, d’autres analyses sont parfois nécessaires.

Chez la femme enceinte

La contamination a eu lieu pendant la grossesse
Jusqu’à l'accouchement, une échographie mensuelle permet de dépister des anomalies fœtales, liées à une éventuelle toxoplasmose congénitale. L’infection peut être transmise à l'enfant jusqu’à sa naissance. Un prélèvement sanguin sera donc réalisé sur le bébé juste après l’accouchement, pour savoir s’il a été contaminé.

La contamination a eu lieu dans les six premiers mois de la grossesse
Le médecin demande des examens supplémentaires pour déterminer si le fœtus présente une toxoplasmose congénitale. Ces analyses sont réalisées sur un prélèvement de sang fœtal ou de liquide amniotique (amniocentèse). Elles doivent être effectuées entre la 18e et la 32e semaine d’aménorrhée, et quatre semaines au moins après la contamination.

Chez le fœtus présentant une toxoplasmose congénitale

Pour localiser d’éventuelles atteintes liées à la maladie, le médecin prescrit des examens mettant en évidence le parasite ou son ADN. Ils sont réalisés sur différents types de prélèvements (placenta, liquide amniotique, sang du fœtus ou de son cordon ombilical).

Chez les personnes immunodéprimées

Chez les personnes immunodéprimées, le parasite peut toucher d’autres organes (cerveau, cœur, poumon…). Pour un diagnostic plus précis, le médecin peut demander des analyses réalisées dans un laboratoire spécifique. Ces analyses nécessitent un ou plusieurs prélèvements (ex. : sang, moelle osseuse, biopsie cérébrale).

Outils pratiques :
 Simulateurs
 Indices & chiffres
 Modèles de lettres
 Formalités et démarches
 Carnet d'adresses